Scénario série – Drame / Thriller fantastique
Sélectionnée par la Maison des Scénaristes (parmi 136 retenus) pour les rencontres
auteurs-producteurs au Festival Séries Mania 2018 à Lille.

 

« Il y a un autre monde mais il est dans celui-là »
Paul Eluard

Je voulais raconter des histoires différentes, où le plausible dépasse les limites habituelles du réalisme. Ma première série ouvrait cette voie, un univers visuel et musical fort où se posait le regard introspectif et poétique du personnage principal. Il fallait immerger le spectateur dans un univers, éloigné de lui mais cohérent, en utilisant tous les outils disponibles : scénario, image et musique. « La mémoire de l’eau » s’inscrit dans cette continuité. Passionné par les souvenirs – et en conséquence le passé – comme matière vivante que nous modulons à notre façon, que nous imaginons vraie et figée mais qui n’est qu’une interprétation personnelle de plus, j’ai commencé à réfléchir à un nouveau projet et cherché à relier deux choses qui me tiennent à cœur : la mémoire comme sujet et les images sous-aquatiques qui sont toujours empreintes d’une poésie due à la distorsion du temps qu’elles procurent aux spectateurs, par leur lenteur et leur sensation d’apesanteur. La théorie de « La mémoire de l’eau », découverte au gré de mes recherches et de mes lectures, a été le point de départ de ce projet.

« La mémoire de l’eau » est une histoire d’anticipation sur les souvenirs. Si les innovations technologiques proches de nous, fascinent le public, le projet n’est pas une série de genre mais une série sur les rapports humains. Ces évolutions font en effet, émerger des questions qu’on se pose depuis toujours mais elles provoquent, par leur usage, un effet plus intense sur nous et nos rapports avec les autres. Ce sont ces transformations que je veux explorer.
Chacun d’entre nous raconte sa propre histoire. Ce récit, constitué de nos souvenirs, nous permet de nous forger une identité, de donner un sens à nos choix. Il nous nous lie aux autres et avec le temps, nous réécrivons sans cesse les pages de notre roman. C’est cette subjectivité « évolutive » qui rend justement notre parcours intéressant et en perpétuelle réinvention.

Pourtant, pour certains, le récit comporte des trous noirs, pour d’autres, certains éléments sont cachés ou parfois, se raconter est impossible car nous restons bloqués en cours de route. « La Mémoire de l’eau » raconte l’histoire de trois personnages qui vont avoir la possibilité de réécrire leur histoire, trois personnages qui se découvrent eux-mêmes et se lient par la force d’un évènement inattendu. C’est aussi une série intergénérationnelle traversée par d’autres sujets ; ils sont secondaires mais pas moins importants : la paternité, l’enfance, l’héritage et l’importance de créer un groupe humain pour comprendre et traverser ces épreuves. Ce n’est pas la technologie qui changera nos vies mais l’usage qu’on décidera d’en faire.

« – Pourquoi on a tous ce besoin… d’être ailleurs, tu sais ?
– Ce n’est pas ailleurs, c’est ici. Ça fait partie de la même chose, pas la peine de se demander pourquoi.
Ce n’est pas normal de vivre que dans la moitié réelle des choses.
Et là où on va c’est l’autre moitié ce n’est pas ailleurs. »

Une série sur les souvenirs, onirique, humaine et intime.

Je suis à la recherche d’une société de production pour m’accompagner sur ce projet, si vous voulez en savoir plus ou recevoir le dossier de présentation avec toutes les informations sur cette série n’hésitez pas à me contacter.
Merci et à bientôt
Pablo Pinasco